dimanche 11 janvier 2009

La neige fond mais, l’hiver perdure

J'ouvre la fenêtre
et je vois transparaître
dans l'air glacial
de l'hiver nordique
l'essence du rêve
paradis tropical
Je hume dans chaque
molécule
dans chaque atome
ta femelle fragrance
qui envahit tout mon être
et mon esprit
se trouve apaisé
prêt
à affronter
distance et temps
encore une fois

Carlos Tronco
Mondeville
06/03/05

1 commentaire:

poematar a dit…

Adorei, concisão, contenção, sensibilidade e ritmo. Um lirismo belíssimo. Dá um saltinho ao poemar-te que tens lá uma surpresa. Olha para o lado direito. Tudo de bom.